Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2010

Le Mal n'existe pas, par Maxime Zjelinski

Lire la suite

23/01/2010

Saint-Germain-des-Prés-sur-Cadavres + Addendum

Lire la suite

14/01/2010

2009 dans la Zone

Lire la suite

10/01/2010

La Société ouverte et ses nouveaux ennemis d’Alain Laurent, par Roman Bernard

Lire la suite

07/01/2010

Les étranges contresens d'un grand érudit, Georges Couton, par René Pommier

Crédits photographiques : Georges Gobet (AFP/Getty Images).

Lire la suite

05/12/2009

Lise-Marie Jaillant, la mégère de la Toile

Crédits photographiques : Patrick Stollarz (AFP/Getty Images).

Lire la suite

14/11/2009

Pierre Assouline : la douceur de votre commerce l'enrichit

Crédits photographiques : Jim Edwards.

Lire la suite

13/11/2009

Un écrivain, ça ferme sa gueule ou ça démissionne

Crédits photographiques : Attila Balazs (MTI via Associated Press).

Lire la suite

06/11/2009

Le structuralisme sans son magicien, par Francis Moury

Ce que les Nambikwara sont devenus.

Lire la suite

04/10/2009

Le bal des dégueulasses

Crédits photographiques : Art Hanson (National Archives/Records of the Environmental Protection Agency).

Lire la suite

06/06/2009

La Zone dans la Zone

Crédits photographiques : Jack Delano.

Lire la suite

30/05/2009

De l'anarchisme considéré comme déchéance de la raison : sur Julien Coupat, par Francis Moury

David Guttenfelder (AP) pour le National Geographic Magazine).

Lire la suite

04/05/2009

Wrath ou les crétins de la colère



Vous me pardonnerez, je l'espère, après avoir écrit pareille note sur le meurtre d'Ilan Halimi par Youssouf Fofana, de m'accorder quelques secondes, pas plus, d'une récréation bien méritée.
Heureusement plus doué que notre poussif lombric dont absolument rien, et surtout pas, grands dieux non, le style, à peu près absent, de ses saillies convenues, ne nous permet d'affirmer qu'il y a quelque vipérine méchanceté dans ses insignifiantes bluettes, je vais diriger ma langue bifide vers l'un des plus illustres exemples d'impuissance (qui plus est électronique, d'une impuissance, donc, redoublée) de la Toile, Lise-Marie Jaillant surnommée, je n'ai toujours pas compris pourquoi, Wrath.

Lire la suite

20/04/2009

Le crétinisme, stade suprême du socialisme français ?, par Germain Souchet



«La dictature, c’est ferme ta gueule.
La démocratie, c’est cause toujours…»
Coluche.

On pourrait ajouter : «La démocratie participative, c’est la même chose, en pire».


Remise en une d'un article de Germain Souchet publié en avril 2007, où l'on constate que rien, strictement rien n'a changé au sein des rangs de la gauche la plus stupide de l'univers, si tant est que celui-ci se préoccupe de politique (ce mot, bien sûr, n'est pas applicable aux socialistes)...

J'ajoute, bien évidemment, que la France est en droit de demander pardon au monde entier pour les propos consternants et stupides tenus par ses dirigeants socialistes, dont la plus ridicule est sans aucun doute possible l'inénarrable Ségolène Royal.

Lire la suite

25/02/2009

Florilège (horriblement) orienté, voire (visiblement) réactionnaire

Crédits photographiques : Susana Vera (Reuters).

Lire la suite

20/02/2009

Retour vers l’OTAN, affaire Chauprade : comment piller le cadavre national, par Samuel Gelb

Mark McGowan, Dead Soldier 2006.


Cet article paraîtra dans Libres, la revue dirigée par Raphaël Dargent.

Le retour dans l’OTAN décidé par Nicolas Sarkozy vient mettre la dernière touche à la liquidation politique – engagée sous Giscard – du gaullisme et de politique d’indépendance stratégique de la France. Les sauts de cabris du Parti Socialiste et du Modem, qui ont si longtemps prêté le flanc à l’atlantisme, ne tromperont évidemment que les aveugles. Ils ont compris que cette dénonciation médiatique était payante électoralement. Le débat qui aura lieu à l’Assemblée ne sera qu’une énième mascarade parlementaire avec, pour final, l’entérinement de cette réintégration.

Lire la suite

01/12/2008

Inferno, par Thierry Giaccardi

18.jpg
Photographie reproduite avec l'aimable autorisation de Jérôme Martin, tous droits réservés.


Thierry Giaccardi dans la Zone.
Transgression : totems et tabous dans un monde poreux.
Solstice d'hiver.
Méditations hivernales sur la nature.
Spectres de l'Europe.

Je rappelle également que figurent (colonne de gauche, bas du blog), regroupés dans deux catégories, Disputatio 1 et 2, de passionnants articles sur la question européenne.

Les jeux olympiques de Pékin et l’élection de Barack Obama à la présidence américaine ont été de grands spectacles télévisuels de l’année 2008, d’une importance plus ou moins considérable sur le plan international mais qui remettent tous deux dans leur juste perspective les perceptions qu’ont les Européens de leur place dans le monde. L’Union européenne ne compte guère dans ce début de XXIe siècle et on peut se demander si elle a même vocation à compter, ce qui est franchement inquiétant. Les Européens sont devenus des spectateurs de l’histoire en train de se faire : il est légitime, quoique paradoxal, de faire remonter ce résultat à un processus historique qui a commencé avec la Révolution française. Une des conséquences fondamentales de cette révolution c’est que les peuples sont devenus progressivement honteux de leur passé, ou, du moins, ignorants de celui-ci. Or, c’est bien cette ignorance qui permet aujourd’hui à l’Union européenne de redéfinir l’Europe et de l’agrandir, de la remodeler au gré des échanges internationaux sans susciter de grands mouvements de protestation. L’espace public devient une zone de confusion.

Lire la suite

27/11/2008

L’Archiconfrérie de la Bonne Mort de Léon Bloy, par Émile Van Balberghe

Assassinat de Georges Besse par le groupe Action Directe en 1986
Assassinat de Georges Besse par le groupe Action Directe en 1986.


Remise en une d'un article initialement paru le 28 avril 2007, à l'occasion de l'audience de Jean-Marc Rouillan qui se déroulera aujourd'hui même. Je me permets de renvoyer mes lecteurs, afin qu'ils se fassent une idée (espérons qu'elle soit la plus juste possible) des tenants politiques et surtout moraux de cette affaire lamentable, vers deux sites, d'abord celui de la revue Marginales, qui a mis en ligne une pétition (Parole en cage) demandant la libération immédiate et bien évidemment sans conditions de Jean-Marc Rouillan, ensuite celui d'une autre pétition intitulée Les mots en marche soutenue par le mensuel CQFD.

Lire la suite

25/11/2008

D'un silence assourdissant : sur l'assassinat d'Anne-Lorraine Schmitt

Crédits photographiques : Niccolò dell'arca, Compianto sul Cristo morto (Chiesa di S. Maria della vita, Bologna).


«Hommes d'aujourd'hui, savons-nous aimer les femmes, saurions-nous les pleurer ?».
Guy Dupré, La sonnerie aux mortes in Je dis nous (La Table ronde, 2007), p. 49.


«Mes chers amis, ne vous vengez pas vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu, car l'Écriture déclare : «C'est moi qui tirerai vengeance, c'est moi qui paierai de retour» dit le Seigneur.»
Épître aux Romains, 12, 19.

«Mais enfin pourquoi aurais-je gardé un cœur pur, lavant mes mains en l'innocence ?».
Psaumes, 73, 13.

Lire la suite

14/10/2008

Les Infréquentables deviennent un livre

Lire la suite

06/10/2008

Le maljournalisme à la française : une année au Celsa

Lire la suite

06/09/2008

Pierre Assouline, analphabète et illettré

Crédits photographiques : Max Rossi (Reuters).

Lire la suite

31/08/2008

Ils étaient dix, par Pierre Damiens

340x.jpg


«La parole, qui trop souvent n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes; ce que l’un dit légèrement ou avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang, et c’est pour cela qu’il est honoré de tous, par dessus tous, et beaucoup doivent baisser les yeux devant lui.»
Alfred de Vigny, Servitude et grandeur militaires (1835).


Ils étaient dix…
Ils étaient dix… soldats de France, jeunes recrues et vieux briscards, compagnons d’armes et d’infortune, pour l’aventure ou pour la gloire, pour l’amitié qui relie les hommes, lorsque l’adversité, le doute, la fatigue et parfois la peur rendent la solitude encore plus insupportable, cette solidarité qui naît au feu et que le «péquin» ne connaît pas.
«Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre…». Mais cette guerre est-elle juste ? Et puis, est-ce si important d’être heureux quand on meurt ? En a-t-on vraiment le temps ? Que la guerre soit juste n’est de toute façon pas l’affaire du soldat. Lui se doit seulement de faire de la manière la plus juste toutes les guerres qu’on lui ordonne de livrer. Mais s’agit-il bien d’une guerre ? Ou bien l’a-t-on seulement dépêché aux confins de l’Afghanistan, cette terre dure qui a engendré les plus farouches des hommes, comme victime expiatoire des péchés des autres ?

Lire la suite

10/08/2008

François Rastier ou Toto à Auschwitz

Crédits photographiques : Richard Vogel (AP Photo).

Lire la suite

18/07/2008

Nathalie Ménigon, pas franchement sainte mais relapse

Photographie : rencontre surréaliste entre un drapeau rouge et l'enceinte d'une prison. Pour les droits : Action Directe.

Lire la suite

20/06/2008

Un peu de langue pour prier : réponse à Dominique Autié


«Oreilles closes, j'entends au-delà du déferlement des mots la muette mise à mort du Verbe.»
Armand Robin, La Fausse parole.

«Il y a des gens qui font la critique de l’Himalaya caillou par caillou. L’Etna flamboie et bave, jette dehors sa lueur, sa colère, sa lave et sa cendre; ils prennent un trébuchet, et pèsent cette cendre pincée par pincée [...].»
Victor Hugo, William Shakespeare.


Au commencement de ce dialogue :
Toile infra-verbale.
Un peu de langue pour prier, réponse de Dominique Autié, auquel le texte ci-dessous fait, donc, suite...

Voici une ancienne note, réponse parfois gentiment amusée (j'ai ainsi conservé l'illustration d'origine) à un beau texte (comme presque toutes les fois qu'il publie sur son blog, l'habitude est désormais prise, exaltante pour ses lecteurs...) de Dominique Autié.
Je ne l'ai bien sûr absolument pas modifiée, y compris dans un passage qui pourra se révéler désagréable à l'égard d'Alina Reyes, que je n'ai guère ménagée dans la Zone. Qu'elle ne me tienne donc point rigueur, si elle me lit, de ces vieilles phrases.
Reste que par son sujet, ce texte peut sans nul doute servir de base de réflexion véritable (et non point superficielle) à la question qui semble faire frémir tous les journalistes de France à peu près normalement constitués, à savoir, le phénomène des blogs, singulièrement celui des blogs dits littéraires.
À tout le moins, ce texte prolongera fort aisément l'article hélas parfaitement insignifiant et plus que vague (mais, comme ils disent, sympathique) d'Anthony Palou récemment paru dans Le Figaro Magazine, qui n'évoque la Zone que par le petit bout de la lorgnette.

Lire la suite

19/05/2008

Brûler la sorcière, par Jean-Gérard Lapacherie



317798790.jpgM. Sylvain Gouguenheim enseigne l’histoire médiévale à l’École normale supérieure de Lyon; il est spécialiste des mystiques rhénans, du savoir et de la pensée au haut Moyen Âge, de la transmission culturelle. De lui, de grands éditeurs ont publié quatre ouvrages : sur Hildegarde de Bingen, les terreurs de l’an mil, les chevaliers teutoniques, les racines grecques de l’Europe chrétienne. Il en prépare un cinquième sur l’histoire des croisades. À la suite, entre autres historiens, de MM. Duby, Le Goff, de Mme Pernoud, il récuse la vision d’un Moyen Âge sombre, obscur, barbare, suite de siècles d’ignorance et de bestialité guerrière ou «âge médian» (dix siècles) entre deux grands moments de la civilisation : l’Antiquité et la Renaissance. Cet historien, qui écrit avec clarté et allégresse, pratique avec talent le libre examen, n’hésitant pas à récuser les idées reçues ou à rejeter les thèses qu’infirment les faits. En bref, c’est un maître qui fait honneur à l’Université française.

Lire la suite

06/05/2008

De la peur que certains éprouvent face à une société multiraciale (réponse à Pierre Damiens), par Jean-François Foulon



Suite à l’article de Pierre Damiens sur Césaire et le recyclage de la négritude que l’on a pu lire ici même, j’avais vivement réagi sur mon propre site. Il s’en est suivi un échange de commentaires dans lesquels l’auteur de l’article a précisé sa position et l’a affinée. Nous sommes finalement tombés d’accord sur un certain nombre de points, mais derrière ce consensus, a surgi un autre désaccord plus fondamental encore. C’est de tout ceci que je voudrais parler ici, en retraçant l’évolution de la pensée des deux camps.
Tout d’abord, en lisant l’article que vous consacrez à Césaire, je me suis dit que vous dénigriez un peu vite le combat mené par ce poète martiniquais. En fait, non seulement vous lui reprochez de n’avoir pas été très original là où il a tenté de faire quelque chose, mais surtout vous regrettez qu’il n’ait pas eu l’audace de pousser son combat jusqu’au bout. Surtout, vous vous servez du consensus actuel sur la mort de Césaire pour ramer à contre courant, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose en soi, pour autant cependant que le but ultime de votre raisonnement ne soit pas de revendiquer une société où les races ne se mélangeraient pas, ce qu’idéologiquement on ne pourrait tolérer.

Lire la suite

05/05/2008

Histoire pour les nuls ou catéchisme pour les cons, par Pierre Damiens



La déclaration d’amour de Nicolas Sarkozy pour Angela Merkel nous amène à nous interroger sur la problématique de la relation franco-allemande dans une perspective historique. À ce sujet, l’Histoire et la mémoire ont été le théâtre d’affrontements idéologiques, lequel a été déserté par les historiens, cette espèce aujourd’hui disparue, mais est occupé depuis par les politiciens, les organisations d’anciens combattants, de résistants, de déportés, et autres associations à but lucratif… Le chaotique vingtième siècle, avec ses guerres, ses carnages, ses révolutions en cascade, est bien entendu la période de prédilection de nos mentors.
Hélas, à force de torturer les faits historiques pour leur faire avouer des vérités politiquement accommodantes et édifiantes, nos braves petits profs, nos chers médias, nos directeurs de conscience télévisuels nous dictent une leçon qui tient parfois de la faribole. Mais qu’on ne s’avise surtout pas de renâcler, d’objecter, de douter seulement, ou ce sera le tribunal, le gnouf et le déclassement social.
À l’intention des âmes perdues qui seraient tentées de s’écarter du dogme, je rappelle les fondements du catéchisme républicain.

Lire la suite

03/05/2008

Traçabilité (de la carne) du porc



À DecereBrain.

«Je vous grôchie, je vous trégerbe, je vous ponquisse, je vous ablature et vous enluminisque, pauvre petite greneille abajourée et pirulescente, incapable de m’arriver à la chevillette, espèce de laiderat miriputride, terrassé par mon Grand Style, les aisances montage impotent qu’à travers les fils nous suivons le cours sans flancharer jamais jamais fort moi moi qui ne suis, euh… ne suis sans cesse, partant... euh... C’est dit !»
Unique sentence d'un consanguin, miraculeusement sauvée des eaux (plus précisément, d'un lit bactérien de station d'épuration).

«Son activité porte principalement sur le droit de l'informatique et de la communication électronique, le droit de la propriété intellectuelle, la protection des données à caractère personnel, et de manière générale sur le droit des contrats et le contentieux commercial.»
Brève présentation de Koozil, avocat de sa profession.

«Il y a vraiment un boulot destructif, négatif, à accomplir. Casser. Détruire. Plus de hype, plus d'artistes, de designers, plus de DJ'S, plus de concept-stores, plus de magazines, plus de radios, plus de TV, plus de pétasses, plus de dandies, plus d'art, plus de politiques, plus de bobos, plus de crevards, plus de pubs, plus d'écrivains, plus de cinéma, plus de porno, plus de logos, plus de no logo, plus même à la fin de Casseurs, ni d'Internet, assez de toutes ces conneries. Plus rien. NADA
Mémoires anonymes d'un singe de laboratoire, ayant ajouté, de sa propre main, à la suite de ce passage : «Plus de Thierry Théolier.»

Lire la suite