La Critique littéraire en France, 2, par Damien Taelman (29/11/2020)

Cet article fait directement écho à celui-ci, publié dans la Zone au mois de mars, dans lequel le médecin légiste Damien Taelman n'hésitait pas à trancher dans le gras de ce qu'Arnaud Viviant, en grand dépendeur d'andouilles qu'il est, veut nous faire prendre pour de la critique littéraire, alors qu'il ne s'agit tout au mieux que de saucisses filandreuses et à moitié vertes tant elles sont peu fraîches.
Cette fois-ci, nous évoquerons le discret J.M.G Le Clézio, honteux prix Nobel de littérature en 2008, qui, pour discret qu'il est, paraît encore plus redoutable et efficace que d'autres quand il s'agit de tresser méticuleusement la toile de bave qui relie tous ces nabots et écrinains, valets journalistiques et vraies putains éditoriales entre eux.
C'est le vingt-cinquième article salutaire du genre, et il en faudrait sans doute cent mille fois plus avant que le marigot germanopratin ne soit asséché de quelques centimètres carrés de sa surface aussi molle que putride.

50613780937_78c1167f2a_o.jpg

Lien permanent | Tags : littérature, critique littéraire, damien taelman, arnaud viviviant, le clézio, frédéric beigbeder | | |  Imprimer |