Dracula, 10 : Une Messe pour Dracula de Peter Sasdy, par Francis Moury (18/04/2010)

Photographie de plateau obligeamment reçue de Nicolas Stanzick.

Résumé du scénario
Europe centrale puis Angleterre, début du XXe siècle : sa cape, sa bague, son agrafe et un peu de son sang : tels sont les ingrédients de la messe noire destinée à ressusciter le comte Dracula. Hargood, Seecker et Paxton – trois gentlemen blasés qui ont constitué une société secrète de débauche – acceptent d’y participer sur l’invitation de Lord Courtley, proxénète et sataniste notoire. Terrifiés par les effets du rituel, les trois hommes assassinent Courtley puis s’enfuient. Dracula est cependant ressuscité, désireux de venger la mort de son disciple. Alice, la fille nubile de Hargood, sera sa première victime…

Fiche technique succincte
Mise en scène : Peter Sasdy
Scénario : John Elder
Directeur de la photographie : Arthur Grant (B.S.C.)
Production : Aida Young (Hammer Films)
Musique : James Bernard et Philip Martell
Montage : Chris Barnes
Décors : Scot MacGregor
etc.

Casting succinct
Christopher Lee (comte Dracula), Roy Kinnear (l’antiquaire), Ralph Bates (Lord Courtley), Linday Hayden (Alice), Isla Blair (Lucy), Geoffrey Keen (William Hargood, le père d’Alice), John Carson (Jonathan Seecker, le père de Jeremy), Peter Sallis (Samuel Paxton, le père de Paul et Lucy), Anthony Corlan (Paul), Michael Ripper (L’inspecteur de police), Gwen Watford (la mère d’Alice), etc.

Taste the Blood of Dracula.jpgCritique
Taste the Blood of Dracula [Une messe pour Dracula] (Grande-Bretagne, 1969) de Peter Sasdy est chronologiquement le quatrième film consacré au personnage de Bram Stoker produit par la Hammer Film. Son ouverture cauchemardesque constitue une suite directe à la fin du précédent Dracula Has Risen From the Grave [Dracula et les femmes] (Grande-Bretagne, 1968) de Freddie Francis, à la critique duquel nous renvoyons le lecteur concernant la chronologie globale du cycle. Le scénariste John Elder a trouvé une fois de plus un biais inquiétant pour relancer la série en l’approfondissant. Lee reprend naturellement le rôle-titre. Arthur Grant et James Bernard (supervisé par Philip Martel) se retrouvent à nouveau, respectivement directeur de la photographie et compositeur : leur travail à tous deux est, comme d’habitude, somptueux. Bernard Robinson n’est plus de la partie pour la direction artistique mais Scot MacGregor a aménagé un étonnant décor d’église abandonnée. Les extérieurs sont une fois de plus splendides. Fisher et Francis sont remplacés par Sasdy, jeune réalisateur d’origine hongroise qui signait là sa première et très remarquée collaboration pour la Hammer Film, immédiatement suivie par ses originaux Countess Dracula (Grande-Bretagne, 1970) avec une très érotique Ingrid Pitt en vedette dans le rôle mi-historique, mi-fantastique de la célèbre comtesse hongroise Ersebeth Bathory et Hands of the Ripper [La Fille de Jack l’éventreur] (Grande-Bretagne, 1971) qui allie explicitement psychanalyse et cinéma d’horreur et d’épouvante.
Une messe pour Dracula est riche en idées originales, dramatiquement comme plastiquement novatrices : on peut noter son thème oedipien puisque Dracula s’y substitue aux pères respectifs des enfants qu’il vampirise après les leur avoir fait parfois assassiner d’une part, que son fils spirituel accepte de se sacrifier pour assurer sa résurrection d’autre part. La perversion caractérise d’ailleurs le rapport paternel le plus scandaleux du film (celui d’Alice à son propre père) et il baigne tout du long dans un climat morbide et baroque : caractéristiques engendrant un surcroit de violence graphique et d’érotisme, qui faisaient partie du cahier des charges de la productrice Aïda Young à ce moment précis de l’histoire de la Hammer. Le thème du satanisme permettant la continuation vitale du vampire – déjà évoqué dans les dialogues de The Brides of Dracula [Les Maîtresses de Dracula] (Grande-Bretagne, 1960) de Terence Fisher puis montré « tel quel » (le sang de l’époux de Barbara Shelley, utilisé rituellement par le serviteur Klove pour faire revivre son maître) durant la première partie de Dracula prince of Darkness [Dracula prince des ténèbres] (Grande-Bretagne, 1965) de Terence Fisher – est une valeur thématique sûre riche de possibilités esthétiques. (*) Peter Sasdy dose soigneusement les « scènes-choc » et la violence graphique explose régulièrement sur l’écran.
Un sang par ailleurs neuf alimente le casting : les seconds rôles sont tous excellents. À commencer par le toujours bon Roy Kinneard (le commerçant qui récupère le sang de Dracula) qu’on reverra dans Juggernaut [Terreur sur le Britanic] (Grande-Bretagne, 1974) de Richard Lester. Ralph Bates (Lord Courtley) campera l’année suivante un original «jeune» baron Frankenstein dans Horrors of Frankenstein [Les Horreurs de Frankenstein] (Grande-Bretagne, 1970) écrit et réalisé par Jimmy Sangster puis Dr.Jekyll dans le remarquable Dr. Jekyll & Sister Hyde (Grande-Bretagne, 1971) de Roy Ward Baker. Les trois acteurs incarnant les trois père sont moins connus mais ils sont bons acteurs, et les deux jeunes jeunes premières sont les actrices Linda Hayden (vedette de l’érotique Baby Love et surtout célèbre, en matière de cinéma fantastique, pour son interprétation dans Satan’s Skin / Blood on Satan’s Claw [La Nuit des maléfices] Grande-Bretagne, 1971) de Piers Haggard, produit par la firmeTigon dans laquelle elle apparaissait intégralement nue) et Isla Blair. Seuls Michael Ripper (l’inspecteur de police incapable) et, bien sûr, Christopher Lee appartiennent à la vieille garde des castings de la Hammer. Lee, enfin, parvient à nouveau à surprendre. Il accentue la rupture entre apparitions fantomatiques et moments de violence hystérique : il a toujours réussi non seulement à maintenir la conception fishérienne initiale, à incarner la dualité fondamentale et terrifiante du personnage mais encore à l’approfondir. Sa renaissance comme sa mort sont les deux très grandes scènes du film et Sasdy a su tirer tout le parti possible de ce grand comédien, un des plus grands de l’histoire du cinéma fantastique.

Note
(*) Thème qui sera illustré une fois de plus par la Hammer dans le beau et intéressant Twins of Evil [Les Sévices de Dracula] (Grande-Bretagne, 1971) de John Hough. Le vampire n’est pas, en dépit du titre français d’exploitation, le comte Dracula créé par Stoker : il n’appartient donc pas rigoureusement au même cycle.

Pour l'affiche du film, carte postale éditée à Londres par la London Postcard Company, collection de Francis Moury.

Lien permanent | Tags : littérature, critique cinématographique, une messe pour dracula, francis moury | | |  Imprimer |