Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Pour un modèle occidental de l'idée d'Occident, par Jean-Paul Rosaye | Page d'accueil | Le crétinisme, stade suprême du socialisme français ?, par Germain Souchet »

19/04/2009

Roberto Bolaño à Bruges

Photographie : tous droits réservés.

On peut lire : Le premier grand roman du XXIe siècle (Vrij Nederland), L'œuvre d'un génie (Blanco y Negro) et enfin Magnifique et excitant (Times Literary Supplement)...


«Tellement lourd est le désespoir de Dieu
Dans la plaine aux cactus sauvages
Que je L’ai entendu qui pleurait là-bas

À me voir m’aventurer
Où le péon avait été assassiné
Tellement lourd est le désespoir de Dieu

Dans la pollution de l’air
Entre midi et la pluie
Je L’ai entendu qui pleurait là-bas

J’ai senti son angoisse
Chercher refuge déchirant dans ma tête
Tellement lourd est le désespoir de Dieu

Qu’il puisse chercher repaire
Dans un être si petit et si vain
Là-bas je L’ai entendu qui pleurait.

Tellement plus vaste que notre sort
Que les déserts de la Nouvelle-Espagne
Tellement lourd est le désespoir de Dieu
Oui je L’ai entendu qui pleurait.»

Malcolm Lowry, extrait du recueil Dollarton (composé de poèmes couvrant les années, 1940-1954), Poèmes du Mexique, VI, Mort d’un habitant de Oaxaca, in Le phare appelle à lui la tempête (traduction et préface de Jacques Darras, Denoël, 2005, Points Poésie, 2009), p. 128.


Rappel
2666
2666 margaritas para los cerdos... par Carmen Muñoz Hurtado.
Ce que vous avez retenu de l'année 2008.