Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’incroyance du récit. Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari, par Pierre Mari | Page d'accueil | Maljournalisme, par Jean-Pierre Tailleur »

22/11/2012

Pierre Mari dans la Zone

Crédits photographiques : Ray McManus (Sportsfile).

Tout comme Francis Moury (faire la recension de toutes les notes qu'il a publiées sur Stalker est un travail de longue haleine...), Serge Rivron et Jean-Luc Evard, devenus, au fil de nos échanges et rencontres, des amis, Pierre Mari est l'un des meilleurs contributeurs de ce blog.


3292772901.jpgDe la littéléramature.





3150917015.jpgDe l’impuissance et des nains de jardin. À propos de One Man Show de Nicolas Fargues.




2591381692.jpgCommunauté de destin. Lettre ouverte à Richard Millet.





3203198638.jpgNi souffle, ni étreinte : Limonov, d’Emmanuel Carrère.





1741532784.jpgUne passion cinquantenaire.





889425893.jpgOrgueil critique.





1943931432.jpgMort annoncée du livre : confusion et comédie.





1295357111.jpgL’incroyance du récit. Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari.




319152022.jpgL’enseignement des lettres au royaume de Trissotin.





3227151926.jpgFin de partie matrimoniale.





2815599973.jpgQuand le roman prend le maquis. Sur Passé sous silence d’Alice Ferney et Tigre en papier d’Olivier Rolin.




4053035030.jpgSur Les grands jours de Pierre Mari.





3597153866.jpgOù sont les tenailles ? Le Royaume d'Emmanuel Carrère.





236864410.JPGChagrin.





1169533682.jpgDelphine de Vigan, verbiage autofictif en pays défait.





2397490398.jpgQuand la vacuité chic prend la pose christique : Le Fils de Joseph d’Eugène Green.




28753762530_6d0b9313bb_o.jpgLa mort d'un banquier et l'aristocratie littéraire.





270781915.jpgPour en finir avec la littérature de qualité.





1948190966.jpgLes Sommets du monde de Pierre Mari : lorsque le coq chante comme un cygne, par Gregory Mion.