Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Maljournalisme, 3, par Jean-Pierre Tailleur | Page d'accueil | Maljournalisme, 4, par Jean-Pierre Tailleur, précédé d'une leçon de journalisme, par Dominique Mouton du Parisien »

23/02/2008

Actualité de Jean-Luc Evard

Mark Rothko, Sans titre, 1968


La Religion perverse, essai sur le charisme (éditions du Rocher).


590209099f1578209b71b1455fbd0b9e.jpg «Le projet de l'auteur est de rechercher le signe de l'absolu à plusieurs époques du pouvoir. Le problème central est bien de saisir la part d'inattendu et d'innommable dans le totalitarisme. Evard choisit d'étayer sa thèse à la lumière de plusieurs textes, ayant pour particularité d'avoir été publiés en Allemagne entre 1920 et 1934 : le Frederic II de Kantorowicz, qu'il définit comme le roman historique du Reich à venir, les commentaires de Helligrath et Heidegger sur Hölderlin proclamant le règne du Fürher, poète et monarque Pantocrator, et enfin les écrits de Goebbels et son national-esthétisme [...].»
Extrait du service de presse.

Jean-Luc Evard dans la Zone :

Ernst Jünger. Autorité et domination.
Signes et insignes de la catarophe.
Géographie mentale de la Shoah.
Leçon d'après ténèbres.
Spengler l'infréquenté.
La Grande Porte qui ne mène nulle part
.
Dislocations de la géopolitique.
Spectres et trous noirs. Sur La Littérature à contre-nuit de Juan Asensio.
Miniature de l'immonde.
Lettre ouverte au Juif imaginaire.
L'Europe sans ligne, l'Europe informe.
La Palestine et la pampa.
Dithyrambe de décembre.

Lien permanent | Tags : philosophie, politique, géopolitique, jean-luc evard, le rocher | | |  Imprimer |