Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2008

Actualité de Jean-Luc Evard

Mark Rothko, Sans titre, 1968

Lire la suite

Lien permanent | Tags : philosophie, politique, géopolitique, jean-luc evard, le rocher | | |  Imprimer |

09/02/2008

La bouche pleine de mots de Pierre-Emmanuel Dauzat

g

Crédits photographiques : Simon Dawson (AP Photo).

Lire la suite

28/09/2007

Baraliptons : Philippe Barthelet au secours de la langue française

Baraliptons de Philippe Barthelet
«Après avoir bien ergoté pro et contra, feut conclud en baralipton que...»
Rabelais, Gargantua, I, 17. Photographie : spécimen de Baralipton maculosa.


6a4abde0b566ab82b77ee1ac2f86d6c8.gifIl ne suffit pas de clamer que le français est de plus en plus mal servi, même s'il est certain qu'il l'est, par des imbéciles qui ne savent le parler ni l'écrire. Il faut aussi en illustrer la beauté, comme l'a fait Philippe Barthelet dans ses précieux et impeccables baraliptons, aussi concis que tranchants. Tout exercice vit de ses contraintes : celui auquel Barthelet s'est livré semble avoir tiré merveilleusement parti de sa volonté de faire bref, de sa haine du bavardage et de l'épanchement. Laurent Schang doit encore se souvenir de quelle peu amène façon l'intéressé répondit à ses questions il est vrai quelque peu journalistiques, donc sottes.

Lire la suite

29/03/2007

La Critique meurt jeune : premières critiques et non-critiques

La Critique meurt jeune aux éditions du Rocher


«La critique littéraire au Nouvel Obs aurait pu retrouver sa crédibilité... si elle s'était débarrassée d'un Jean-Louis Ezine, entre autres...»
Propos apocryphe attribué à Jérôme Garcin.


[Ce texte a paru sur ce blog le 30 mai 2006. Profitant de l'entretien réalisé avec Jérôme Garcin dans le n°3 du Magazine des livres dirigé par Joseph Vebret, j'ai estimé que cette note, à la fois par son évocation de Renaud Camus et du lamentable travail de gredin réalisé sur mon livre par Jean-Louis Ezine qui, paraît-il, est un critique littéraire, avait quelque actualité.]

Je puis m'estimer heureux. Lisant le superbe Journal de l'année 2003 de Renaud Camus, Rannoch Moor, je note ces lignes (p. 325), moins accablantes par leur évocation du sentiment de solitude étreignant l'auteur qui vient de publier, comme il le rappelle, quatre livres tout de même, qu'en raison de l'ignominie intellectuelle qu'elles révèlent chez celles et ceux qui, laissant cet écrivain dans un silence qu'il juge scandaleux (et qui l'est, effectivement), ont failli à leur mission qui me semble être cet office de la vigie dont parlait Sainte-Beuve ou, pour le dire plus clairement : l'évocation, même et surtout critique, le coup de chapeau, la salutation adressée aux livres de quelque grandeur : «Lundi 23 juin, neuf heures du soir. Je me serai rarement senti aussi seul, seul... comment dirais-je, non pas intellectuellement, ou littérairement, ou socialement, encore que chacun de ces adverbes renferme en l'occurrence un peu de vérité; non, seul en tant qu'écrivain, si un pareil mot a encore un sens quelconque, à ce degré de solitude et de silence.»
Plusieurs textes ont déjà évoqué mon livre paru récemment aux éditions du Rocher, La Critique meurt jeune. Le premier, comme d'ailleurs dans le cas de La Littérature à contre-nuit : rédigé par Dominique Autié, toujours soucieux des détails et d'une impeccable mise en page, suivi de Raphaël Dargent et de Sarah Vajda sur le site gaulliste, Jeune France, qu'anime mon ami. Je reproduirai dans quelques jours cette fort belle critique de Sarah dans la Zone. D'autres textes, je l'espère [comme ceux de Bruno Gaultier sur son blog ou encore de Christopher Gérard dans un numéro récent de La presse Littéraire], seront mis en ligne sur différents blogs et sites, alors que je ne me fais plus guère d'illusions quant à la publication de critiques sous la plume de journalistes dits professionnels.
Justement, approchons-nous du vaste et bruyant cirque où combattent quelques trop rares rétiaires auxquels le public jette toutes sortes de déchets et où détalent, pour se réfugier dans leur clapier sombre et puant, de très nombreux bouffons. Signalons, pour l'instant, parus dans la presse professionnelle, la recension de Paul-François Paoli pour Le Figaro littéraire et, pitoyable éreintement puant la pauvaise foi et l'inculture journalistique la plus crasse, ces lignes minables signées (sans la moindre honte dirait-on) pour Le Nouvel Observateur par un certain Jean-Louis Ezine, le même qui, il y a quelques jours, sur les ondes de France Culture où il officie, nous a donné, comme un de mes amis, consterné, me l'a malicieusement signalé, une magistrale preuve de son encyclopédique savoir en affirmant que La Soirée avec Monsieur Teste (de Paul Valéry : précision peut-être utile, je vous rappelle que je m'adresse à Ezine) avait paru en 1919. Faisons remarquer à ce cancre insigne que cet ouvrage a été publié quelques années plus tôt, en 1896 tout de même.

Lire la suite