Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

Éléments succincts pour une théologie politique et juridique de l’union homosexuelle et transsexuelle, par Francis Moury

Crédits photographiques : Jessica Rinaldi (Reuters).

Lire la suite

19/03/2013

Unions juridiques entre homosexuels : quand le droit devient totalitaire, par Germain Souchet

Crédits photographiques : Hideyuki Katagiri (National Geographic Photo Contest).

Lire la suite

29/04/2011

Le mariage d’un (futur) roi, par Germain Souchet

Crédits photographiques : Christopher Furlong (Getty Images).

Lire la suite

15/06/2010

Mélancolie française d’Éric Zemmour ou forces et faiblesses du conservatisme français, par Germain Souchet

Crédits photographiques : Julie Jacobson (AP Photo).

Lire la suite

23/06/2009

Jules Barbey d'Aurevilly dans la Zone

Navesh Chitrakar (Reuters).

Lire la suite

15/03/2009

Un prêtre marié de Jules Barbey d’Aurevilly, par Germain Souchet

Photo and caption by Mikael Stiller (National Geographic Photo Contest).

Lire la suite

11/01/2008

Faut-il réhabiliter les Cathares ?, par Germain Souchet



Voici une longue et belle note critique, sous la plume de Germain Souchet, consacrée aux travaux de Michel Roquebert sur le catharisme.
Le fichier au format PDF (compressé) est illustré par quelques photographies que je pris lors d'un déjà vieux séjour sur cette terre fascinante (dès qu'on accepte d'en extraire les hordes de touristes aux jambes poilues et aux exclamations tonitruantes, ce qui certes constitue un bel exercice de concentration ou d'abstraction du réel... Un de ces exercices spirituels que prisaient, en somme, les Cathares).
Bonne lecture.

23/10/2007

Artefact, de Maurice G. Dantec : quand le meilleur s’allie au pire, par Germain Souchet

Crédits photographiques : Chip Somodevilla (Getty Images).

Lire la suite

25/09/2007

Memento de Christopher Nolan, par Germain Souchet

Memento de Christopher Nolan


Avec Memento, son deuxième film, le jeune réalisateur Christopher Nolan, alors âgé d’à peine trente ans, a accédé à une notoriété aussi soudaine que méritée, comme l’ont démontré ses trois réalisations suivantes – Insomnia, Batman Begins et The Prestige. Ayant notamment obtenu le Prix Spécial du Jury et le Prix de la Critique du Festival de Deauville en 2000, Memento a rencontré lors de sa sortie en 2001 un assez joli succès commercial, tant aux États-Unis que dans le reste du monde, et décroché deux nominations aux Oscars.
Utilisant un mode de narration non linéaire – procédé que Nolan semble apprécier, puisqu’il est au cœur de la réalisation de The Prestige, sorti en 2006 sur les écrans, et qu’il est également employé dans la première partie de Batman Begins –, Memento raconte l’histoire de Leonard Shelby, un homme souffrant d’amnésie antérograde depuis la nuit où, portant secours à sa femme agressée et violée dans la salle de bains de leur villa par deux hommes entrés par effraction, il a, après avoir abattu un des deux malfrats, reçu un mauvais coup à l’origine d’un grave traumatisme crânien. En cette funeste nuit, Shelby a non seulement perdu sa femme, décédée des suites de ses blessures, mais également une partie de ses facultés mentales : l’amnésie antérograde se caractérise en effet par une incapacité à former de nouveaux souvenirs, tandis que la mémoire à long terme n’est nullement affectée. Autrement dit, Shelby peut se remémorer les images heureuses de ce qu’était sa vie avant ce qu’il appelle «l’incident», mais oublie ce qu’il fait et les personnes qu’il croise au fur et à mesure que le temps passe.

Lire la suite

10/09/2007

Vie et Règle de saint Benoît : deux textes d'une étonnante actualité, par Germain Souchet

Vision de saint Benoît, Giovanni del Biondo (1356 ?-1392). Peinture à tempera sur bois. Collection Musée des beaux-arts de l'Ontario. Don de A. L. Koppel, 1953. N° d'acq. 52/37.
Vision de saint Benoît, Giovanni del Biondo (1356 ?-1392). Peinture à tempera sur bois. Collection Musée des beaux-arts de l'Ontario. Don de A. L. Koppel, 1953. N° d'acq. 52/37.



9131d8b56d7aac2dcf5263e52a5da30d.jpgÉditée en un joli format de poche par Médiaspaul fin 2006, la célébrissime Règle de saint Benoît de Nursie est ici utilement précédée d’une «Vie» extraite des Dialogues du pape saint Grégoire le Grand. Seul reproche que l’on peut faire à cette édition soignée, accompagnée d’une préface et de notes très instructives : d’assez nombreuses fautes de frappe, sans doute dues à la traduction (l’édition originale est en italien et l’impression a également été effectuée en Italie).

La Vie de saint Benoît (480 – 547)

Ayant vécu et régné peu de temps après le patriarche des moines d’Occident, le pape saint Grégoire le Grand (540 – 590 – 604) peut s’appuyer sur des témoignages de première main pour raconter le passage sur cette Terre du saint patron de l’Europe. C’est ainsi qu’il nous indique que «le peu [qu’il] s’apprête à en dire, [il l’a] appris des écrits de quatre de ses disciples». De quoi nous faire effectuer immédiatement un rapprochement avec les quatre évangélistes, témoins de la vie de Jésus. Comparaison justifiée par la très grande sainteté de Benoît, dont la vie, entièrement consacrée au Christ dans une totale et pleine soumission, fut de ce fait émaillée de nombreux miracles. Comme l’indique Dom Xavier Perrin dans sa préface, «Benoît se voit comblé par Dieu de dons de plus en plus élevés. Il grandit dans le charisme des miracles jusqu’à ressusciter les morts. Il avance dans la connaissance de Dieu et en vient à lire dans les cœurs et à prévoir l’avenir». C’est sur cet approfondissement permanent de sa foi que le pape Grégoire le Grand insiste tout particulièrement, afin, en cette période de décadence des institutions et des mœurs que constitue le VIe siècle de notre ère, de rappeler les fruits innombrables que le Seigneur accorde à ceux qui le suivent patiemment, humblement et avec persévérance.
En conséquence, ces extraits des Dialogues consacrés à Benoît de Nursie constituent davantage un portrait mystique qu’une véritable hagiographie. L’homme a tendance à s’effacer derrière le saint, ce qui est somme toute normal, dans la mesure où le fondateur de l’ordre des bénédictins «appartient sans conteste au petit groupe des géants de la sainteté», pour reprendre la belle formule de la préface. Est-ce à dire que saint Benoît, dans ce texte, serait désincarné et trop éloigné de nos réalités quotidiennes pour nous toucher encore au début du XXIe siècle ? Bien au contraire.

Lire la suite