Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-04 | Page d'accueil | 2008-06 »

31/05/2008

Oraisons charnelles de Marcel Moreau

Crédits photographiques : Marcelo del Pozo (Reuters).

Lire la suite

29/05/2008

Sur une île, stalker, quels livres emporteriez-vous ?, 7

Photographie de l'auteur.

Lire la suite

27/05/2008

L’arche brisée de la parole

Crédits photographiques : Uriel Sinai (Getty Images).

Lire la suite

26/05/2008

Sur une île, stalker, quels livres emporteriez-vous ?, 6

Photographie de l'auteur.

Lire la suite

25/05/2008

Omar nous a tuer, par Michel Hoëllard



Et un Bouddha donc, un autre puis, genre pilule du lendemain, une tour et une autre.
Explosés, fumées pareil, enchevêtrés dans nos télés ravies de l’aubaine. Du coup, c’était très rayonnant ! Qu’un seul soleil de toutes parts ! Les avions pétaradés pile ! Pas chiches côté luminaires ! Et quels panaches ! Quelles brumes assombrissaient le monde ! Alors, pour peu qu’on le prenne de haut, c’était pas long à réfléchir : de Bâmiyân à New York, vol d’oiseau, t’as un peu plus de 12 000 bornes et, puisque de bornes on parle, si tu traces à la règle le trait d’un tel vol d’oiseau entre Afghanistan et Grosse Pomme, il passe quasiment dis-donc, ce trait, par Gibraltar et les bornes d’Hercule ! C’est pas mimi, ça ?
Théâtre de guerre comme on dit, théâtre dressé entre du neuf et de l’ancien. Voilà. Car les voies d’univers antique, elles butaient toutes là : Gibraltar. Travaux d’Hercule n° 10, ces deux colonnes milliaires partageaient le monde, le limitaient et, une fois l’Amérique dévoilée, se changeaient en pivot unique pour tout le globe.

Lire la suite

22/05/2008

De l'art de la dissection : réponse à Olivier Noël

Photographie de F. Javier Alvarez Cobb, extraite de la série intitulée Autopsia, en référence à ce blog.


Retenons, du premier compte rendu d'Olivier Noël, la seule critique réelle adressée à Maudit soit Andreas Werckmeister !, à savoir, son «indécise oscillation entre essai et fiction».
Le reste du texte d'Olivier étant une paraphrase plus ou moins déguisée (à vrai dire, pas même déguisée : notre ami a au moins cette honnêteté toute simple de citer sans fard, à la différence des indigestes et aigrefines critiques journalistiques qui retranchent les guillemets et alignent des signes qui ne sont pas les leurs), le reste donc, étant in fine simple paraphrase, nul ne m'en voudra d'évoquer ce seul point puisque, lorsque Noël cesse de citer mon ouvrage, c'est pour écrire que «La parole d’Asensio en effet, sitôt incarnée par son narrateur, sitôt mise en fiction, se désincarne et revêt les atours agressifs du critique littéraire, alors même que pour faire mouche, son idée directrice exigeait d’être pleinement assumée comme brûlot polémique, ou, mieux, véritablement incorporée

Lire la suite

21/05/2008

Entretien avec Benoît Hocquet

Crédits photographiques : Dylan Martinez (Reuters).

Lire la suite

19/05/2008

Brûler la sorcière, par Jean-Gérard Lapacherie



317798790.jpgM. Sylvain Gouguenheim enseigne l’histoire médiévale à l’École normale supérieure de Lyon; il est spécialiste des mystiques rhénans, du savoir et de la pensée au haut Moyen Âge, de la transmission culturelle. De lui, de grands éditeurs ont publié quatre ouvrages : sur Hildegarde de Bingen, les terreurs de l’an mil, les chevaliers teutoniques, les racines grecques de l’Europe chrétienne. Il en prépare un cinquième sur l’histoire des croisades. À la suite, entre autres historiens, de MM. Duby, Le Goff, de Mme Pernoud, il récuse la vision d’un Moyen Âge sombre, obscur, barbare, suite de siècles d’ignorance et de bestialité guerrière ou «âge médian» (dix siècles) entre deux grands moments de la civilisation : l’Antiquité et la Renaissance. Cet historien, qui écrit avec clarté et allégresse, pratique avec talent le libre examen, n’hésitant pas à récuser les idées reçues ou à rejeter les thèses qu’infirment les faits. En bref, c’est un maître qui fait honneur à l’Université française.

Lire la suite

18/05/2008

Antimodernité de Bruno Dumont, par Ludovic Maubreuil (Infréquentables, 3)

Crédits photographiques : Andre Penner (AP Photo).

Lire la suite

13/05/2008

La Ville, son archange de misère, l'espérance : texte intégral

Crédits photographiques : Jack Delano.

Lire la suite