Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-10 | Page d'accueil | 2008-12 »

29/11/2008

Et de ceo se mettent en le pays (Méridien de sang, 5) ou McCarthy le nomade

Crédits photographiques : Rajesh Kumar Singh (Associated Press).

Lire la suite

28/11/2008

La mort de Jules Bonnot, par Léon Bloy



À Jean-Marc Rouillan, dont le destin n'aura même été à la hauteur de celui de son illustre prédécesseur.

L'Archiconfrérie de la Bonne Mort de Léon Bloy.
Un brelan de cadavres.
Sainte Ingrid Bétencourt, protégez-nous du miracle (de votre libération).
Nathalie Ménigon, pas franchement sainte mais relapse.

Lire la suite

27/11/2008

L’Archiconfrérie de la Bonne Mort de Léon Bloy, par Émile Van Balberghe

Assassinat de Georges Besse par le groupe Action Directe en 1986
Assassinat de Georges Besse par le groupe Action Directe en 1986.


Remise en une d'un article initialement paru le 28 avril 2007, à l'occasion de l'audience de Jean-Marc Rouillan qui se déroulera aujourd'hui même. Je me permets de renvoyer mes lecteurs, afin qu'ils se fassent une idée (espérons qu'elle soit la plus juste possible) des tenants politiques et surtout moraux de cette affaire lamentable, vers deux sites, d'abord celui de la revue Marginales, qui a mis en ligne une pétition (Parole en cage) demandant la libération immédiate et bien évidemment sans conditions de Jean-Marc Rouillan, ensuite celui d'une autre pétition intitulée Les mots en marche soutenue par le mensuel CQFD.

Lire la suite

25/11/2008

D'un silence assourdissant : sur l'assassinat d'Anne-Lorraine Schmitt

Crédits photographiques : Niccolò dell'arca, Compianto sul Cristo morto (Chiesa di S. Maria della vita, Bologna).


«Hommes d'aujourd'hui, savons-nous aimer les femmes, saurions-nous les pleurer ?».
Guy Dupré, La sonnerie aux mortes in Je dis nous (La Table ronde, 2007), p. 49.


«Mes chers amis, ne vous vengez pas vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu, car l'Écriture déclare : «C'est moi qui tirerai vengeance, c'est moi qui paierai de retour» dit le Seigneur.»
Épître aux Romains, 12, 19.

«Mais enfin pourquoi aurais-je gardé un cœur pur, lavant mes mains en l'innocence ?».
Psaumes, 73, 13.

Lire la suite

21/11/2008

La strada di Cormac McCarthy

762625485.jpg

Crédits photographiques : Takashi Noguchi (AFP/Getty Images).

Lire la suite

15/11/2008

À quoi bon ?

Crédits photographiques : Associated Press.

Lire la suite

14/11/2008

Les Vierges de Satan de Terence Fisher, par Francis Moury

Crédits photographiques : Edgard Garrido (Reuters).

Lire la suite

11/11/2008

L'arbre en feu (Méridien de sang, 4)

Crédits photographiques : Altaf Qadri (AP Photo).

Lire la suite

08/11/2008

La guerre littéraire de Didier Jacob n'a pas eu lieu

«Et que je pleure moi aussi de voir la boule [...] me revenir dessus, à la vitesse de la critique littéraire.»
Didier Jacob, La Guerre littéraire. Critique au bord de la crise de nerfs (Éditions Héloïse d'Ormesson, 2008), p. 13.

«La vie littéraire est, comme la vie, soumise aux lois de la sélection naturelle. On y est, par conséquent, en état de guerre perpétuelle. Mais l'art est de vivre sur le champ de bataille sans se battre et sans être blessé. Attendre qu'on reste seul.»
Fernand Divoire, Introduction à l'étude de la stratégie littéraire (Éditions Mille et une nuits, 2005), p. 55.

«Avec nos mœurs électorales, industrielles, tout le monde, une fois au moins dans sa vie, aura eu sa page, son discours, son prospectus, son toast, son auteur. De là à faire un feuilleton, il n’y a qu’un pas. Pourquoi pas moi aussi ? se dit chacun.»
Sainte-Beuve, De la littérature industrielle in Portraits contemporains, t. I, 1855.


Ancien élève de Jean-Pierre Richard, critique littéraire universitaire lénifiant pour classe préparatoire assoupie qui se voit ainsi récompensé de son enseignement, salarié par un hebdomadaire, Le Nouvel Observateur, dont les pages de critique littéraire sont parmi les plus affligeantes, sottes, partisanes et inutiles de la presse française elle-même peu suspecte, dans ce domaine difficile, d'excellence, Didier Jacob est un journaliste apparemment sympathique, un collègue vraiment très sympathique lorsqu'il se trouve en face du prétentieux et creux Pierre Assouline qui n'a de regards que pour ses notes rédigées à l'encre lymphatique (1), un blogueur assurément sympathique qui ouvre ses commentaires et, lui, ne les censure ni même ne les supprime comme le fait (contrairement à ses propres dires), son confrère à moustache, un critique paraît-il pas du tout sympathique, surtout lorsqu'il évoque des auteurs aussi sympathiques qu'ils sont peu dangereux comme Frédéric Beigbeder, et même, pour finir, Didier Jacob est, selon toute probabilité, un homme franchement sympathique.
Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Non, car Didier Jacob a décidé de publier un livre. Non pas écrire, simplement : publier, la mode est aux publications plus qu'à l'écriture véritable, puisqu'il s'agit d'un recueil de ses meilleures (il faut le supposer) chroniques parues sur son blog, Rebuts de presse.

Lire la suite

05/11/2008

Victoire des démocrates aux Midterm Elections : analyse et perspectives, par Germain Souchet

George W. Bush


Le 25 décembre 2006, je mettais en ligne cette excellente analyse de la situation politique aux États-Unis rédigée par Germain Souchet. Plutôt que de nous extasier avec les ânes médiatiques devant la nouvelle quasi sainte icône noire, pardon, blanche, enfin... métis (alors que Barack Obama, lui-même, s'est toujours présenté en tant que l'Américain le plus capable de diriger son pays, assertion qui, pour le moment, n'est rien de plus qu'un slogan de campagne), voici quelques lignes aussi claires qu'intelligentes nuançant pour le moins les propos lus, ces derniers temps, dans la presse française, on le sait la meilleure du monde et surtout, la plus détachée de toute ridicule partialité.

Mardi 7 novembre 2006, le mardi suivant le premier lundi du mois, conformément à la coutume, les électeurs américains étaient appelés à élire le 110e Congrès de l’histoire des États-Unis, en renouvelant entièrement la Chambre des représentants (élue pour deux ans) et un tiers du Sénat (les sénateurs étant élus pour six ans).
Les résultats sont clairs : les démocrates ont remporté une large victoire, s’emparant des deux chambres du Congrès pour la première fois depuis 1994. Naturellement, les médias gauchisants (pléonasme) français ont tôt fait de se féliciter et n’ont eu de cesse, depuis lors, de cracher leur haine à l’encontre du président Bush. «Bush désavoué», «la défaite totale de Bush», une victoire «historique» des démocrates ouvrant la voie à un «changement de politique profond» de la part de la première puissance mondiale, tels ont été les principaux slogans répétés en boucle à la radio et à la télévision. Sur Internet, le ton était encore plus irrévérencieux, Yahoo ! France intitulant son dossier spécial «Ze big défaite» (sic) et Orange Infos nous apprenant «qu’après les résultats, un nouveau mot [apparaissait] dans la langue de Bush : cohabitation».

Lire la suite

Lien permanent | Tags : politique, États-unis, démocrates, républicains, bush, Élections | | |  Imprimer |