Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-01 | Page d'accueil | 2009-03 »

25/02/2009

Florilège (horriblement) orienté, voire (visiblement) réactionnaire

Crédits photographiques : Susana Vera (Reuters).

Lire la suite

Lien permanent | Tags : politique, polémiques, droite, réaction, réactionnaire | | |  Imprimer |

24/02/2009

Toute la nuit devant nous de Marcus Malte, par Jean-Baptiste Morizot

Adolph Fassbender, When Nights Were Bold, Pictorial Artistry, 1937.

Lire la suite

18/02/2009

Gothique charpentier de William Gaddis

Crédits photographiques : Joe Raedle (Getty Images).

Lire la suite

16/02/2009

Dans l’intimité douloureuse de Paul Gadenne : La Rupture, Carnets, 1937-1940

Crédits photographiques : Olivier Grunewald.

Lire la suite

15/02/2009

La vie et la mort du système de G. W. F. Hegel, par Francis Moury

Photographie (détail) de Juan Asensio.

Lire la suite

12/02/2009

Georges Bernanos dans la Zone

Photographie (détail, maison de Georges Bernanos, pièce du four à pain) de Juan Asensio.

Lire la suite

08/02/2009

L'âme de Léon Bloy

Crédits photographiques : Anita Erdmann (Nature/National Geographic Photo Contest).

Lire la suite

06/02/2009

Ricardo Paseyro est mort

Charles Burchfield, The Coming of Spring, 1917-43.


«En este instante en que la primavera
vuelve y viste de luz de olvido el tiempo,
¡ si llegara la muerte paso a paso
enmascarada en la ilusión del aire !
Si desde las criaturas distraídas
tornase lentamente a mí los ojos
suaves de gracia y hondos de vacío,
yo me fuera con ella paso a paso,
total, desvanecido en esplendores,
como quien se deshace de tan pleno.»

Ricardo Paseyro, La Muerte.

Lire la suite

05/02/2009

Hélas Nabe !

Crédits photographiques : Carlo Allegri (Reuters).

Lire la suite

Lien permanent | Tags : littérature, critique littéraire, marc-édouard nabe | | |  Imprimer |

03/02/2009

Les deux Républiques françaises de Philippe Nemo, par Roman Bernard

Francisco Goya y Lucientes (1746-1828), Los Caprichos, 39, Asta su Abuelo.


À propos des Deux Républiques françaises de Philippe Nemo (PUF, 2008. Les pages entre parenthèses font référence à cette édition).

Roman Bernard est l'auteur de Criticus.

9782130558880.jpgLes évocations de deux France, de deux Républiques, ne sont certes pas neuves. Elles ont notamment été formalisées par les historiens Michel Winock et Maurice Agulhon dans leurs ouvrages respectifs, La Fièvre hexagonale et La République (1880-1932; 1932 à nos jours).
L’originalité du propos de Philippe Nemo tient à ce qu’il est formulé par un libéral. Comme Winock et Agulhon, deux jacobins, comme François Furet (un stalinien repenti devenu libéral) également dans La Révolution française, Nemo distingue deux idéaux-types issus de la Révolution : «1789» et «1793», le premier correspondant à la démocratie libérale, l’État de droit et les libertés publiques établis par la Constituante et la Législative de 1789 à 1792, le second à «un projet de société jacobin, étatiste et socialiste», mis en œuvre de 1793 à 1794, lors du sanglant épisode de la Convention montagnarde (p. 1).

Lire la suite