Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-11 | Page d'accueil | 2009-01 »

29/12/2008

Gerbert d’Aurillac, héritier de Boèce, an 1000, par Francis Moury

Isagoge Geometriae, fol 12v, traité de géométrie de Gerbert d'Aurillac, manuscrit bavarois du XIIe siècle, collection Schoenberg.


Notes critiques, philosophiques et historiques sur Gerbert d’Aurillac, Correspondance (texte latin introduit, édité, annoté, et traduit en français, avec tables de concordances et cartes, par Pierre Riché et Jean-Pierre Callu, nouvelle édition Les Belles Lettres, coll. Les Classiques de l’histoire [de France] au Moyen Âge fondés par Louis Halphen, 2008).

«Les gens cultivés le savent, les incultes souvent s’en sont étonnés : une vertueuse alliance, une sainte amitié, quand elles ont bien commencé et qu’elles sont mieux encore entretenues, sont causes de grands biens. Et parce que la cause de ces biens est bonne, il est nécessaire que soit également un bien ce qui en est le produit. En effet, d’où vient la stabilité des familles, des cités et des royaumes, si ce n’est de l’alliance et de l’amitié ? Est-il autre chose pour avoir, loin des chemins, attiré les mortels au désert, sinon l’alliance avec Dieu ? Le monde, lui-même, sous l’action de la Puissance qui est lui est opposée, est tantôt en désaccord, tantôt en concorde amicale avec elle. Cette même union lie dans l’homme le corporel à l’incorporel.»
Gerbert d’Aurillac, Correspondance, Annexe I, Lettre n°217 à Wilderod, op. cit., supra, p. 583.

Lire la suite

26/12/2008

Prémices de l'Europe de Robert Lafont

«L'histoire est pour moi comme une ruine où j'aurais vécu de la vie la plus intense avant qu'elle ne devînt une ruine. Sensation douloureuse et paradisiaque d'avoir mis son cœur dans des choses très anciennes qui paraissent ne plus exister.
Je visite Byzance […], en soutenant de mes mains faibles, au-dessus de ce grand vestige de mon âme, tout le firmament étoilé.»
Léon Bloy, Constantinople et Byzance, in Œuvres de Léon Bloy, t. V (Mercure de France, 1966), p. 249.


À propos de Prémices de l'Europe de Robert Lafont (éditions Sulliver, collection Archéologie de la modernité dirigée par Thierry Galibert, 2007).

Lire la suite

22/12/2008

Les deux visages de Périclès, par Francis Moury



Sur le livre de Donald Kagan, Périclès. La naissance de la démocratie [1991] (traduction française par G. Villeneuve, éditions Taillandier, coll. Biographies, 2008.)

978-284734-320-5.jpg«Seule entre toutes les républiques existantes, supérieure à sa renommée, Athènes ne redoute pas l’épreuve. L’ennemi qui est venu l’attaquer n’a point à rougir d’avoir été vaincu par un peuple indigne de la victoire, et ceux qui nous obéissent ne peuvent reprocher à la fortune de les soumettre à des hommes qui ne sont point nés pour l’empire. Tout enfin autour de nous, offre des monuments de notre grandeur, qui nous assurent l’admiration et du siècle présent et des âges à venir; et pour étendre notre gloire, nous n’avons besoin ni d’un nouvel Homère, ni de toutes les fables dont l’agrément soutient une illusion que bientôt détruit la vérité des faits.»
Thucydide, Guerre du Péloponnèse, Livre II, § XLI extrait du Discours de Périclès aux funérailles des Athéniens tués pendant la première année de la guerre (arguments, texte grec, traduction littéraire et traduction juxtalinéaire, notes par M. Sommer, éd. Hachette, coll. Les auteurs grecs expliqués d’après une méthode nouvelle par deux traductions françaises, 1873), pp. 126-128.

Lire la suite

18/12/2008

Le mousquetaire dilettante : Vous avez dit métèque ? de Gabriel Matzneff, par Jean-Baptiste Fichet

Crédits photographiques : Diana Markosian.

Lire la suite

16/12/2008

The Road by Cormac McCarthy

Crédits photographiques : Takashi Noguchi (AFP/Getty Images).

Lire la suite

14/12/2008

La Possibilité d'une île de Michel Houellebecq

Crédits photographiques : Romulo Rejon (National Geographic Photo Contest).

Lire la suite

13/12/2008

Meurtres sous contrôle de Larry Cohen, par Francis Moury

Lire la suite

11/12/2008

La carretera de Cormac McCarthy

762625485.jpg

Crédits photographiques : Takashi Noguchi (AFP/Getty Images).

Lire la suite

09/12/2008

Leçons sur l'Enfer de Dante de Galilée

Photographie de la statue de Dante, devant la basilique Santa Croce, Florence. Droits réservés, Mickael San Juan. Dans le corps du texte, Luca Signorelli, Dante et Virgile entrant au Purgatoire, 1499-1502, Fresco, Chapelle de San Brizio, Orvieto.


«Dante est la braise qui passe sur nos lèvres et descelle notre bouche.»
Bruno Pinchard, Pour Dante, Présentation (Honoré Champion éditeur, 2001), p. 11.


À propos des Leçons sur l'Enfer de Dante de Galilée, un superbe volume, remarquablement illustré et postfacé par Jean-Marc Lévy-Leblond, édité par Fayard (distribution : Les Belles Lettres).

41tzx6ObWdL._SS500_.jpgLorsqu'à vingt-quatre ans, vers la fin de l'année 1587, Galilée prononce ses deux Leçons sur la forme, le site et la grandeur de l'Enfer de Dante, il cherche à prouver que la vision du poète ne contredit en rien la construction scientifique, fût-elle complexe projection de la pensée, la plus rigoureuse. L'Enfer existe bel et bien puisque Dante l'a apparemment arpenté et c'est lui, Galilée, jeune et prometteur savant qui, examinant les propositions de deux autres esprits scientifiques, Antonio di Tuccio Manetti (avec les conclusions duquel il est d'accord) et Alessandro Vellutello (avec lesquelles il ne l'est pas, ce sera l'objet de la seconde leçon), désignera sa forme, son volume et son emplacement, s'évasant sous le sol sacré de Jérusalem (1).

Lire la suite

08/12/2008

Inversion de Brian Evenson

Gerd Guenther (Duesseldorf, NRW, Germany).

Lire la suite