21/01/2012

Au-delà de l'effondrement, 38 : Le mythe d'Arthur de David Jones

Crédits photographiques : David Guttenfelder (AP) pour le National Geographic Magazine.

Lire la suite

01/03/2009

La visite du Tribun de David Jones

Crédits photographiques : Miguel Vidal (Reuters).

Lire la suite

21/12/2007

Mission de la critique

Le Titien, Portrait du cardinal Pietro Bembo, 1545


Je relis les notes que j'ai prises sur l'ouvrage de Max Picard (1), infiniment plus utile que l'essai inepte de François Meyronnis, pour qui tente de comprendre les conséquences de la surrection du nihilisme (2). Me troublent tout particulièrement ces quelques lignes qui évoquent telle image mystérieuse que Paul Gadenne choisit pour hanter les rêves du personnage de L'Avenue comme, plus bas, un autre passage du livre de Picard évoque dans mon esprit l'une des scènes les plus fortes, à la sensualité trouble, comme cramoisie, des Diaboliques de Barbey d'Aurevilly mais aussi le train fantôme que Dürrenmatt fait se précipiter en Enfer : «Les paroles de l’homme, dans le monde de la continuité, semblaient n’avoir pas de commencement, mais venir de quelqu’un qui les transmettait, comme font les ouvriers dans un chantier lorsqu’ils se passent des tuiles du sol jusqu’au faîte, et les mains des hommes forment comme une route unique où circulent les tuiles.
Les paroles des hommes semblaient n’être que les moments perceptibles d’une conversation qui venait de très loin et qui se poursuivait. Les hommes d’autrefois se trouvaient présents dans ces paroles, et quand on s’arrêtait sur l’une d’elles, on croyait y percevoir la rumeur de ceux qui avaient été et de ceux qui n’étaient pas encore.»

Lire la suite

20/01/2005

La vertigineuse expérience humaine de Dante

Crédits photographiques : Ariel Schalit (AP Photo).

Lire la suite

26/10/2004

Marc-Édouard Nabe n'enfonce pas vraiment le clou

Crédits photographiques : Stefano Pesarelli.

Lire la suite